comme un jeudi …

Jeudi, fin de semaine. J’ai un rendez-vous dans une heure, ça me laisse le temps de te raconter les derniers jours.

La réception au consulat pour le 14 juillet : champagne ! peut-être la première fois que je bois du champagne le 14 juillet … enfin, c’etait sympa cette ambiance de garden party, en plein air, tout le monde sapé. J’aime bien ces ambiances alcooliques mondaines, c’est très décalé ! L’occasion de rencontrer de nouvelles têtes : la prof d’histoire du lycée français qui vit la depuis 17 ans, une pharmacienne égyptienne francophile, Fred en train de danser (tout arrive) des couples mixtes, des gens pas vus depuis quelques temps …

Une fin de soiree au bar, une grande tablée … soirée sympatoche quoi.

Je crois bien que Quentin me boude, en plus de Benoit qui n’est pas venu, je paye les pots cassés de Jules. Encore ?

Le lendemain, le cours d’arabe a été phénoménal. Deux boulets ont débarqué, jamais fait d’arabe de leur vie, on a tout repris depuis le début. Pas que je sois une flèche, mais la j’étais soulée . En plus de la fatigue et de la chaleur, j’ai été gagnée par une espèce d’euphorie. Je me suis mise à trouver le prof charmant, il l’est en plus si si … y a des signes imperceptibles non verbaux qui permettent de communiquer ce genre de sentiment … si si ! waw, feu d’artifice, je suis sortie de la gaga, crevée mais nice.

bon ça n’a pas duré, le lendemain, je l’ai trouvé nul. Avec les deux boulets : 3h d’ennui.

La réunion d’équipe hier aussi a été mémorable, j’ai eu droit a un compliment public de ma directrice devant tout l’equipe : she’s doing a very good job, this is a chance she join our team.

Est-ce que j’ai rougie ?? Merci madame …

Resto de poisson hier soir avec la ptite colloc, la confiance s’installe peu à peu.

Cette nuit j’ai rêvée qu’on faisait des test sur mon cerveau … j’étais kidnappee avec Jules par un mec genre un méchant dans Matrix. Il nous emmenait dans un endroit secret pour tester nos cerveaux. Il disait qu’ils produisaient de la « matière » …. freaky !!!!!!!

Sinon j’ai eu des news de mon père, la vie rêvée du jeune divorce de 55 ans. Entre Paris et Calcutta, entre projets et romances. Allez, bon vent daddy.

 

Laisser un commentaire